Partagez cet article

Adaptation audiovisuelle / Avocats en droit Audiovisuel

Avocat en Contrat d’Adaptation Audiovisuelle : Me Ingrid-Mery HAZIOT

Avocat en Contrat d’Adaptation Audiovisuelle : l’Adaptation non autorisée 

Avocat en Contrat d’Adaptation Audiovisuelle : Maître Ingrid-Mery HAZIOT a remporté avec succès cette affaire en adaptation audiovisuelle non autorisée de l’œuvre littéraire de Charlotte Delbo, figure emblématique de la résistance, rescapée du camp d’Auscwhitz-Birkenau et auteure de plusieurs œuvres sur son expérience vécue de déportée.

La frontière entre l’adaptation audiovisuelle libre d’une œuvre littéraire et une adaptation non autorisée est parfois difficile à identifier. Le légataire universel de Charlotte Delbo avait été approché par des scénaristes en vue de procéder à une adaptation audiovisuelle de l’œuvre de Charlotte Delbo aux fins de réalisation d’une fiction télévisée. Les parties n’étaient toutefois pas parvenues à un accord sur le scénario dialogué « Rideau rouge à Raisko ». Ayant constaté qu’une fiction reprenant cette trame scénarisée avait été diffusée auprès d’un public professionnel en vue de sa diffusion sur France Télévisions, l’éditeur de l’œuvre littéraire de Charlotte Delbo et le légataire universel ont poursuivi les coauteurs du scénario en contrefaçon et violation de droit moral.

Conditions de la contrefaçon d’oeuvre littéraire

Il est acquis que toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite. Il en est de même pour la traduction, l’adaptation ou  la  transformation, l’arrangement  ou  la  reproduction  par un art ou un procédé quelconque (L.122-4 du Code de propriété intellectuelle). La contrefaçon s’apprécie selon les ressemblances et non les différences. En matière  littéraire la contrefaçon ne  peut résulter de la reprise d’une idée ou d’un thème mais seulement de la reproduction de l’expression ou de la forme dans laquelle cette idée ou ce thème se trouvent exprimés, notamment dans la composition du sujet, l’enchaînement des situations ou des scènes, et des caractéristiques originales qui donnent à l’œuvre sa physionomie propre.

En premier lieu, la fiction audiovisuelle avait repris 12 scènes caractéristiques des ouvrages revendiqués (les adieux entre Charlotte Delbo et son mari, la description des femmes dans le train de marchandises, un livre de Molière …). Or, si le fait historique ne donne pas prise au droit d’auteur, il en va différemment  de  la  narration originale faite par un auteur de ce fait historique ; en l’espèce les récits de Charlotte Delbo correspondaient certes à des moments vécus par elle au sein des camps, mais ils étaient relatés dans une approche littéraire et une forme qui lui sont propres, sans lien avec un recueil de faits historiques ou même un récit documentaire. Si la déportation de Charlotte Delbo constitue bien un fait historique, les similitudes répétées dans la composition  des oeuvres, le développement, l’agencement des idées, l’emprunt de l’expression originale donnée aux oeuvres premières, l’approche qui leur est propre tout comme la reprise des expressions précises utilisées par Charlotte Delbo dans ses écrits ou encore des situations particulières ou des métaphores, caractérisaient une contrefaçon.

En second lieu, l’adaptation   des   œuvres   de   Charlotte Delbo avait  été clairement revendiquée dans la « note d’intention du réalisateur » saisie dans les locaux de France  Télévisions et remise  au  producteur. Les coauteurs n’ont donc pu faire valoir que les livres de Charlotte Delbo n’ont pas été leur principale source d’inspiration.

En troisième lieu, le téléfilm « Rideau Rouge à Raisko » était par ailleurs clairement présenté comme « inspiré d’une histoire vraie » : la déportation du  personnage  de  Charlotte  (Charlotte  Delbo) et de ses camarades au sein du camp de la mort d’Auschwitz-Birkenau, puis leur affectation au sein du commando de Raisko, commando spécialisée dans la culture d’une plante appelée le Kok-saghyz et à partir de laquelle est extrait du latex pour la fabrication du caoutchouc.

Exception de courte citation exclue

L’exception de court citation (L 122-5 du Code de la propriété intellectuelle) a été exclue dès lors que les emprunts étaient répétés et que la fiction ne constituait pas une critique de l’oeuvre de Charlotte Delbo, ni l’instrument d’une polémique ni encore une oeuvre pédagogique, scientifique ou d’information mais une fiction grand public.

Créer une alerte Jurisprudence (par email) sur ce thème, la confidentialité de votre email est garantie

Téléchargez vos Modèles de contrats professionnels sur Uplex. Les mises à jour et l’archivage sécurisé sur le Cloud Contrat MyUplex sont offerts.

Vous êtes Avocat ? Quel que soit votre domaine d’intervention, référencez vos affaires remportées et diffusez vos communiqués de presse corporate sur Lexsider : votre visibilité est garantie et vos futurs clients pourront vous contacter directement.

 

Avocat en Contrat d’Adaptation Audiovisuelle : Me Ingrid-Mery HAZIOT
5 (100%) 3 votes
Me Ingrid-Mery Haziot | Avocat

Présentation de Me Ingrid-Mery Haziot | Avocat

Maître Ingrid-Mery HAZIOT est, depuis plus de 20 ans, une spécialiste de la propriété intellectuelle. Elle est titulaire de deux DEA ( Master 2) de droit de la propriété intellectuelle et de droit des affaires des Universités Paris Panthéon Sorbonne I et II et titulaire du certificat de spécialité délivré par le Barreau de Paris dans la mention droit de la propriété intellectuelle.

Elle enseigne le droit de la musique auprès de l’IRMA. Elle est l’auteur d’articles juridiques sur des questions sensibles de droit d’auteur. Elle intervient régulièrement dans des événements centrés autour des problèmes rencontrés par les professionnels de l’édition et du cinéma. Elle pratique en langue anglaise et développe ses activités dans les secteurs du cinéma et du design à l’international.

Maître Ingrid-Mery HAZIOT assiste et conseille les intervenants de la création, en droit de l’audiovisuel et du cinéma, de l’édition, de la communication, droit de la musique et du marché de l’art. Elle intervient également en droit des marques et du design et accompagne les créateurs et entreprises dans la protection et défense de leurs droits.

Elle exerce au sein d’un réseau de partenaires avocats et offre à ses clients la possibilité de bénéficier des services d’avocats spécialisés en droit des nouvelles technologies de la communication et en droit des sociétés et de la fiscalité maîtrisant l’environnement juridique des propriétés intellectuelles.

Maître Ingrid-Mery HAZIOT est également médiateur professionnel et diplômé de l’Institut catholique de Paris en 2015.

Elle est membre de l’association Art et Droit et de l’A.F.P.I.D.A (Association Française pour la Protection Internationale du Droit d’Auteur).

Visitez son site internet
Voir tous ses procès remportés

Partagez cet article

Me Ingrid-Mery Haziot | Avocat
Maître Ingrid-Mery HAZIOT est, depuis plus de 20 ans, une spécialiste de la propriété intellectuelle. Elle est titulaire de deux DEA ( Master 2) de droit de la propriété intellectuelle et de droit des affaires des Universités Paris Panthéon Sorbonne I et II et titulaire du certificat de spécialité délivré par le Barreau de Paris dans la mention droit de la propriété intellectuelle. Elle enseigne le droit de la musique auprès de l’IRMA. Elle est l’auteur d’articles juridiques sur des questions sensibles de droit d’auteur. Elle intervient régulièrement dans des événements centrés autour des problèmes rencontrés par les professionnels de l’édition et du cinéma. Elle pratique en langue anglaise et développe ses activités dans les secteurs du cinéma et du design à l’international. Maître Ingrid-Mery HAZIOT assiste et conseille les intervenants de la création, en droit de l’audiovisuel et du cinéma, de l’édition, de la communication, droit de la musique et du marché de l’art. Elle intervient également en droit des marques et du design et accompagne les créateurs et entreprises dans la protection et défense de leurs droits. Elle exerce au sein d’un réseau de partenaires avocats et offre à ses clients la possibilité de bénéficier des services d’avocats spécialisés en droit des nouvelles technologies de la communication et en droit des sociétés et de la fiscalité maîtrisant l’environnement juridique des propriétés intellectuelles. Maître Ingrid-Mery HAZIOT est également médiateur professionnel et diplômé de l’Institut catholique de Paris en 2015. Elle est membre de l’association Art et Droit et de l’A.F.P.I.D.A (Association Française pour la Protection Internationale du Droit d’Auteur).

Commenter