Lexsider.com trouve pour vous l'Avocat qui a déjà remporté une affaire similaire à la vôtre ou qui a traité un dossier de conseil similaire au vôtre. Quoi de plus sécurisant pour votre affaire ?

Partagez cet article

Contrefaçon / Internet | Informatique

FAI : surcoût des frais de blocage

Financement des mesures de blocage

Le recours de la société Free contre la décision implicite par laquelle le Premier ministre a rejeté sa demande d’adopter les dispositions réglementaires mettant en place un mécanisme de compensation des surcoûts supportés par les fournisseurs d’accès à internet au titre de la mise en oeuvre par ces opérateurs de mesures de blocage, de déréférencement ou d’effacement de données, a été rejeté par le Conseil d’État.

Recours pour excès de pouvoir et droit de propriété

La société Free a demandé au Premier ministre d’adopter des dispositions réglementaires mettant en place un mécanisme de compensation des surcoûts supportés par les fournisseurs d’accès à internet au titre de la mise en oeuvre de mesures de blocage, de déréférencement ou d’effacement de données en exécution d’une décision judiciaire prise en application des dispositions de l’article L. 336-2 du code de la propriété intellectuelle afin de prévenir ou de faire cesser une atteinte à un droit d’auteur ou à un droit voisin occasionnée par le contenu d’un service de communication au public en ligne.

La prise en charge, par les FAI, des mesures de blocage prononcées par l’autorité judiciaire ne méconnait pas le droit de propriété, la liberté d’entreprendre et les principes d’égalité devant la loi et d’égalité devant les charges publiques garantis par les articles 2, 4, 6, 13 et 17 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen du 26 août 1789.

Les surcoûts des prestations assurées par les fournisseurs d’accès à internet au titre des mesures propres à prévenir ou à faire cesser les atteintes aux droits d’auteurs ou aux droits voisins ordonnées par le tribunal de grande instance dans les conditions prévues par l’article L. 336-2 du code de la propriété intellectuelle restent exclus du champ d’application du dispositif de compensation financière des surcoûts occasionnés par la conservation, par les mêmes opérateurs, en application du III de l’article L. 34-1 du code des postes et des communications électroniques. Les dispositions de l’article L. 34-1 ne sont pas applicables, au sens de l’article 23-5 de l’ordonnance du 7 novembre 1958, au litige relatif au refus d’édicter des mesures réglementaires permettant la compensation des surcoûts assumés par les opérateurs de communications électroniques au titre des mesures ordonnées par le tribunal de grande instance dans les conditions prévues par l’article L. 336-2 du code de la propriété intellectuelle.

Conformité constitutionnelle

Pour rappel, les dispositions de l’article L. 336-2 du code de la propriété intellectuelle ont déjà été déclarées conformes à la Constitution par sa décision n° 2009-580 DC du 10 juin 2009. La Cour de cassation (pourvois n° 16-17.217, 16-18.298, 16-18.348 et 16-18.595 du 6 juillet 2017) a également jugé que les dispositions de la directive 2000/31/CE du 8 juin 2000 relatives à la responsabilité des intermédiaires techniques ne s’opposent pas à ce que le coût des mesures strictement nécessaires à la préservation des droits d’auteur, ordonnées sur le fondement de l’article L. 336-2 du code de la propriété intellectuelle, soit supporté par les intermédiaires techniques, quand bien même ces mesures sont susceptibles de représenter pour eux un coût important. Cette prise en charge ne constitue pas, eu égard à sa portée, une circonstance nouvelle de nature à justifier que la conformité de ces dispositions à la Constitution soit à nouveau examinée par le Conseil constitutionnel.

Vous disposez d’un modèle de document juridique sur cette thématique ? Besoin d’un modèle ? Complétez vos revenus en le vendant sur Uplex.fr, la 1ère plateforme de France en modèles de contrats professionnels
Référencez votre profil sur Lexsider.com, la 1ère plateforme de mise en relation gratuite Avocats / Clients
Posez une Question Juridique sur cette thématique, la rédaction ou un abonné vous apportera une réponse en moins de 48h.
Surveillez et analysez la réputation d’une Marque (la vôtre ou celle d’un concurrent), d’une Personne publique (homme politique, acteur, sportif …) sur tous les réseaux sociaux (Twitter, Facebook …). Testez gratuitement notre plateforme de Surveillance de Marque et de Réputation numérique.
Paramétrez une alerte de Jurisprudence sur ce thème pour être informé par email lorsqu’une décision est rendue sur ce thème
FAI : surcoût des frais de blocage
Point juridique utile ?

Présentation de Maxence Abdelli

Maxence Abdelli est ancien Avocat au Barreau de Paris, diplômé de l'Université Panthéon-Assas (Master droit de la communication & Master de droit du Multimédia) et Directeur de la rédaction (Actoba.com, Lexsider.com, Uplex.fr). Nos références clients : Europacorp, Equipe TV, La Banque Postale, Groupe Ouest France, INA, SACD ...

Vous êtes à la recherche des meilleurs Avocats en Conseil ou Contentieux ? Les Avocats Lexsider ont conseillé ou plaidé une affaire similaire à la vôtre et ils l’ont remporté. Choisir son Avocat sur Lexsider.com, quoi de plus prometteur pour remporter votre procès ou sécuriser vos affaires ? Sur Lexsider, toutes les décisions de justice sont vérifiées, prendre attache avec un Avocat référencé sur la plateforme Lexsider, c'est prendre une belle longueur d'avance. Vous êtes Avocat ? Inscrivez-vous gratuitement sur la plateforme Lexsider et gagnez en visibilité professionnelle, votre succès est votre meilleure carte de visite.

Visitez son site internet
Voir tous ses procès remportés

Pas de questions en cours

Partagez cet article

Posez votre question
close slider
Civilité :*
E-mail:
Sujet :
Message: